La LMDE, n’arrivant plus à faire face à sa dette colossale de 35 millions d’euros héritée de l’ancienne Mutuelle nationale des étudiants de France, a demandé son placement sous sauvegarde de justice afin d’éviter sa liquidation. Le tribunal de grande instance de Créteil a jugé bon d’instaurer cette mesure ce lundi 9 février 2015.

Six mois pour redresser la situation

La Mutuelle des étudiants souhaite éviter à tout prix une liquidation judiciaire à court terme. Le juge a accordé six mois à l’administratrice provisoire, Anne-Marie Cozien pour arranger la situation alarmante.

La première mutuelle étudiante française a tout intérêt à effacer son ardoise lourdement entachée de 35 millions d’euros de fonds propres négatifs, dont 5 millions qui sont destinés uniquement aux remboursements des frais de santé des étudiants. De longs délais de remboursement, des cartes vitales adressées tardivement ont accentué ce phénomène.

Et la LMDE ne voyait plus que la solution de la sauvegarde judiciaire pour geler les créances en cours. Avec l’aide d’un administrateur et d’un mandataire judiciaires nommés exclusivement pendant ces six mois d’observation, les décisions les plus importantes pourront être prises pour sauver ses financements.

Un lourd passé

L’ex-MNEF, qui était gérée par l’UNEF, a accumulé des dettes après plusieurs années de pertes. Depuis plusieurs années, la gestion de l’ancienne Mutuelle nationale des étudiants de France est mise à mal et il faudra bien une période d’observation de six mois pour rétablir de mauvaises habitudes profondément ancrées.

Plusieurs rapports de la Cour des comptes et du Sénat ont mis en cause des procédés enfonçant toujours plus la situation de la Mutuelle des étudiants. Les difficultés chroniques de la LMDE sont clairement dénoncées afin de changer définitivement la donne. La décision du tribunal de grande instance permettra à la LMDE de présenter un projet sérieux de sauvegarde.

Des discussions en cours

L’administratrice provisoire Anne-Marie Cozien est actuellement en quête d’une solution globale pour les activités du régime obligatoire et du régime complémentaire de la LMDE. Des discussions prévoient éventuellement de transférer la gestion de tout ou partie des activités du régime obligatoire des étudiants affiliés à la LMDE vers la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés.

La Mutuelle des étudiants s’active à la recherche d’un repreneur sérieux pour ses opérations d’assureur complémentaire. Une assemblée générale extraordinaire se tiendra à la fin du mois de mars pour élire les candidats qui se présentent pour reprendre les rênes de la LMDE.

Pas de répercussion sur les affiliés

Avec 920 000 affiliés, la LMDE est le premier organisme de sécurité sociale des étudiants. Soucieuse de ne pas mettre dans l’embarras ses fidèles clients, la Mutuelle des étudiants continuera à rembourser tous les étudiants qu’elle couvre au titre du régime obligatoire ou de la protection complémentaire santé.

Toutefois, la LMDE qui gère les remboursements de base obligatoires de près d’un million d’étudiants, fait l’objet d’une procédure de justice avec un placement sous administration provisoire depuis le mois de juillet à cause d’une situation financière déjà alarmante.